fbpx

Le sommeil de bébé

Un bébé dort en moyenne 15 à 16 heures par jour jusqu’à 6 mois, puis 14h jusqu’à 1 an. Son sommeil se compose de deux cycles, une phase de sommeil lent (profond) et une de sommeil paradoxal (léger, mouvements, sons).

Pour aider son enfant à différencier le jour de la nuit, il est recommandable de ne pas lui couper tout source de lumière pour la sieste. Il est préférable de coucher bébé approximativement aux mêmes heures et de ne pas le réveiller. Les rituels (petite chanson, musique douce, massage, mot doux routinier), accompagnés d’une ambiance calme et détendue seront propices à la détente. En cas de pleurs, il n’est pas nécessaire de se précipiter. En cas de réveil, éviter de sortir votre enfant de son lit, n’associez pas ce dernier à une punition (“je vais te mettre au lit si tu continues”). Vérifiez qu’il n’ait pas la couche sale, de température ou de douleur (rougeur, digestion difficile, etc.). Restez prêt du lit pour le rassurer (lui donner la main, chanter, lui parler, etc.).

 

Jusqu’à 3 mois, le bébé s’endort spontanément, de jour comme de nuit.

Entre 3 et 5 mois, il prendra ses repères et n’aura plus besoin de manger la nuit.

Passé 5 mois, il est préférable de préserver l’endormissement spontané en cas de micro-réveil et d’éviter d’intervenir. S’il se réveille, c’est essentiellement pour vérifier que vous êtes là, ne lui donnez pas de biberon car il risquerait d’avoir par la suite beaucoup de mal à y renoncer.

Les nourrissons ont souvent des angoisses nocturnes au cours des premiers mois. Personnellement, j’ai pris le parti de dormir avec mes enfants pour les calmer et réduire la fatigue générale liée aux réveils nocturnes les 6 premiers mois, de façon irrégulière, selon le besoin.

Les angoisses dus à la séparation ont plutôt lieu vers 7-11 mois, occasionnant réveils nocturnes et pleurs. Ce n’est pas une étape facile car la fatigue des derniers mois s’est lentement accumulée et il faut rassurer son enfant et réinstaurer un rituel rassurant au beau milieu de la nuit.

En cas de troubles du sommeil persistants et grandissants, il est préférable de consulter un pédiatre ou pédopsychiatre.

Lune
Ce site utilise des cookies pour vous proposer une visite enrichie. En continuant, vous acceptez leur utilisation. En savoir plus sur notre politique des cookies.     ACCEPTER