fbpx

Bientôt grand/e frère/soeur

UNE NOUVELLE qui change la vie

Annoncer à son aîné/e qu’il/elle va bientôt être grand/e frère/soeur est un moment spécial.

Mieux vaut accueillir sa réaction, quelle qu’elle soit, sans attente et sans jugement.

Encore faut-il qu’il soit en âge de le comprendre, je dirais donc à partir de 3 ans. 

S’il était jusqu’à présent enfant unique, cela représente un grand changement qu’il faut préparer en douceur et accompagner. Il faudra le rassurer sur sa place au sein de la famille et l’amour inconditionnel de ses parents, veiller à lui libérer du temps et de l’attention malgré la fatique et les tâches plus nombreuses, parfois simplement expliquer les changements.

Cela est l’occasion de lui présenter simplement les grandes étapes de la grossesse et de l’impliquer (voir les échographies, toucher le ventre de maman, préparer la chambre du nouvel arrivant avec lui, etc.).

Autant présenter l’importance du grand frère ou de la grande soeur au regard du bébé et en présenter les avantages (nouveau compagnon de jeu, occasion de pouponner, apprendre à faire de nouvelles choses en autonomie, etc.).

Besoin d'un peu d'aide ?

Lorsque la transition est difficile ou que l’aîné/e est encore petit/e (ce qui était le cas pour nous), s’appuyer sur un support peut grandement aider.

J’avais opté pour des petits livres de personnages déjà connus de mon enfant, sachant qu’il y a le choix en fonction des goûts de chacun (T’choupi, Petit Ours Brun). 

Il peut être également intéressant de citer des familles dans l’entourage ayant également accueillies un “petit dernier”. En étant en contact avec eux, l’enfant peut apprendre, comprendre et dédramatiser certains points auparavant inquiétants pour lui.

Parfois discuter avec les grands parents ou à l’école peut également aider l’enfant à assumer sereinement et fièrement son nouveau rôle.

Chaque enfant est différent, il ne reste plus qu’à tester jusqu’au déclic !

Les visites des plus petits à l’hôpital sont restrictives (pas de bruit, pas de microbes, etc.), ce qui n’est pas toujours amusant. J’avais donc pris le soin pendant ma 2ème grossesse de confectionner un livre sensoriel d’activité surprise pour mon aîné, que je lui ai offert le jour de la rencontre avec sa sœur. C’est un objet qu’il a longtemps utilisé, puis sa soeur. Cela reste un joli souvenir de ce tendre moment et cela lui a permis de voir ce jour précis que nous pensions à lui.

Solution de garde

Bien penser la ou les options pour la garde de l’aîné/e pendant l’accouchement est basique mais c’est une décision qui pèse lourd.

Le départ à la maternité pouvant intervenir à tout moment, mieux vaut contempler toutes les possibilités (de jour comme de nuit).

En cas d’éloignement géographique avec le famille et les amis, leur présence pendant la période d’accouchement présumée peut être organisée.

Si ce n’est pas possible, des voisins en qui vous avez confiance et un bon contact peuvent peut être s’y susbtituer.

Une nourrice disponible sur appel à proximité peut être auparavant régulièrement solliciter pour créer un contact.

Toutes ces solutions impliquent une prévision et des tests (laisser l’aîné/e seul/e avec eux pour l’habituer). 

Parfois, si le grand frère ou la grande soeur sont jeunes, il pourra s’agir des premières séparations. Alors, autant bien préparer cette étape pour qu’enfant et parents le vivent tranquilement.

Frère et soeur
Ce site utilise des cookies pour vous proposer une visite enrichie. En continuant, vous acceptez leur utilisation. En savoir plus sur notre politique des cookies.     ACCEPTER